Bruxelles ,
24
Novembre
2017
|
16:57
Europe/Brussels

18 Mercedes-Benz Arocs renforcent la flotte de Van Pelt Matériaux de construction

Les étoiles soutiennent le nouvel essor du spécialiste en matériaux de construction

Résumé

Il y a deux ans, suite à une redistribution de ses parts, l’entreprise Van Pelt prend une nouvelle direction. L’entreprise familiale engage un CEO, investit dans une nouvelle unité de traitement de déchets de construction et forme de grands projets logistiques. Elle achètera, au cours de cette année, 18 nouveaux Mercedes-Benz Arocs destinés à différents types de missions.

Van Pelt jouit d’une excellente réputation en Campine et dans la région d’Anvers. Cela n’a rien d‘étonnant puisque l’entreprise familiale, qui démarre par le commerce du charbon à Sint-Antonius-Zoersel en 1955, se consacre déjà depuis 1958 aux matériaux de construction. Cette année-là, elle installe d’ailleurs une unité opérationnelle le long du canal Albert à Schoten. “C’était une situation idéale pour transporter, par voie fluviale, des matériaux de construction comme le sable et la lave. Par la suite, nous avons aussi acheminé les matériaux de construction classiques de la même façon”, explique David Van Pelt, Business Unit Manager, qui appartient déjà de la troisième génération de l’entreprise familiale.

Plateforme logistique en vue

L’entreprise Van Pelt, qui dispose également d’une centrale à béton à Schoten et qui a lancé un département conteneurs dans les années 70, s’est progressivement positionné comme fournisseur complet pour le secteur de la construction. “Nous nous efforçons toujours de décharger nos clients des problèmes. Depuis la livraison des matériaux de construction jusqu’à l’évacuation des déchets de construction en passant par toutes les étapes entre les deux. Je pense par exemple à notre toute nouvelle infrastructure de tri, d’une superficie de 3.200 m², où nous trions et traitons les déchets du bâtiment”, précise Wim Van Pelt, l’oncle de David. “Et nous avons l’ambition d’aller plus loin”, complète David. L’entreprise prévoit en effet de transformer son implantation de Schoten en plateforme logistique pour l’arrière-pays, en direction de la Campine. “Nos canaux de Campine sont destinés à accueillir des bateaux de maximum 400 tonnes, une capacité insuffisante pour acheminer les matières premières depuis l’Allemagne. Pour cela, il faut des bateaux supportant jusqu’à 5.000 tonnes et qui peuvent d’ailleurs accoster chez nous. Nos collègues de Campine, qui n’ont pas cette possibilité, pourraient dès lors utiliser notre plateforme”, poursuit David. Van Pelt dispose d’une longueur de quai d’un kilomètre, le long du canal Albert, et le terrain situé à l’arrière appartient à l’entreprise familiale. “Cela nous offre un grand potentiel que nous aimerions exploiter,” ajoute David Van Pelt.

Arocs dans le rôle principal

Avec une plateforme logistique pour le transport de matières premières et de matériaux de construction par voie fluviale, Van Pelt aura également besoin de véhicules en suffisance pour évacuer les matériaux. “En début d’année, le renouvellement de notre flotte accusait du retard. La restructuration du capital de l’entreprise avait fait obstacle aux investissements. Mais cette situation a, à son tour, imposé une remise à niveau”, précise Wim Van Pelt. Van Pelt et Mercedes-Benz étant partenaires depuis de nombreuses années, le choix s’est porté, cette fois encore, sur la marque à l’étoile. “Que nous ayons opté pour Mercedes-Benz n’avait rien d’étonnant. Ce qui a pu surprendre, c’est le nombre de nouveaux camions”, sourit David Van Pelt qui ajoute aussitôt que Mercedes-apporte un véritable plus sur le plan du TCO : “En particulier lorsque vous optez pour un contrat d’entretien complet. Là, vous êtes sûr d’avoir des véhicules qui vous en donnent plus votre argent. En outre, avec l’instauration de zones basses émissions, les moteurs Euro-6 de nos nouveaux Arocs nous offrent un ticket d’entrée pour le centre-ville d’Anvers qui est l’une de nos zones de livraison majeures.”

Le nouvel arsenal de Van Pelt se révèle du reste particulièrement hétérogène pour être totalement en ligne avec les activités diversifiées de l’entreprise. On compte cinq Arocs tracteurs 1840 LS qui seront utilisés en combinaison avec des bennes ou des semi-remorques plats. Viennent ensuite trois tracteurs Arocs 2640 LS en version malaxeur à béton. Côté camions également, on note une grande variété avec un Arocs 2636 et sa configuration pour pompe à béton, deux Arocs 3240 B en version malaxeur à béton, deux Arocs 2640 K avec un système de crochets pour conteneurs, trois Arocs 3240 LK tridem avec compartiment de charge ouvert et grue et enfin, deux Arocs 3240 LK 8x4, également avec compartiment de charge ouvert et grue.

Mesurer pour progresser

Van Pelt dispose aujourd’hui d’une flotte de 65 véhicules et se donne les moyens de la gérer avec un maximum d’efficacité. Les 18 nouveaux camions Arocs sont tous équipés de FleetBoard et du GPS Buddy. “Maintenant que toute la communication se fait via GPRS, que chaque chauffeur peut consulter sa route sur une tablette et qu’il peut également communiquer avec le dispatcher, nous souhaitons passer à l’étape suivante. Nous allons en effet entreprendre la digitalisation de la gestion administrative des livraisons”, indique David Van Pelt. Étant donné que les véhicules servent à différentes utilisations, la consommation est un critère difficile à évaluer pour Van Pelt. Grâce à la collaboration avec Mercedes-Benz et aux informations de FleetBoard, l’entreprise a l’intention de définir une sorte de niveau zéro pour travailler à la consommation. “Pour nous, l’Arocs représente une réelle évolution vers des pratiques de transport modernes”, conclut Wim Van Pelt.

Suggestions légendes:

  1. David (à gauche) et Wim Van Pelt : “La présence du canal Albert est un atout pour notre développement ultérieur.”
  1. Le Mercedes-Benz Arocs est destiné à de nombreuses tâches telles que la livraison de béton sur des chantiers de construction.

     

  2. L’Arocs a séduit l’entreprise Van Pelt par son prix séduisant, son contrat d’entretien efficace et sa valeur résiduelle élevée.