Bruxelles,
06
Janvier
2021
|
09:48
Europe/Brussels

Le premier Actros SLT à 5 essieux au monde circule en Belgique

Mercedes-Benz Trucks Belux et ses partenaires de conversion réalisent une prouesse technique pour Jan Coesens Transport

Résumé

Basée à Schendelbeke, l’entreprise Jan Coesens Transport a récemment réceptionné le premier de ses deux nouveaux Actros 5363LS SLT GigaSpace 10x4. Cette variante à cinq essieux du nouvel Actros peut être considérée comme une première mondiale, réalisée par Mercedes-Benz Trucks Belux en collaboration avec ses partenaires de conversion. Avec ce tracteur à cinq essieux, Jan Coesens Transport n’en est pas à son coup d’essai, mais il s’agit bel et bien de leur premier tracteur à cinq essieux arborant le sigle de la marque à l’étoile.

Jan Coesens dirige aujourd’hui l’entreprise de transport éponyme, qu’il a revendue en 2018 à la société Van Egdom Transport, basée à Heist-op-den-Berg. Une société elle-même reprise l’an dernier à son tour par le groupe français Transports Capelle, qui possède une flotte de quelque 2.500 unités tractrices. Jan Coesens Transport est spécialisé dans le transport d’engins de chantier, à la fois dans le secteur de la construction et les travaux routiers. La flotte de l’entreprise est composée de 14 camions et de fourgonnettes, qui permettent de transporter toutes sortes de chargements de 1 à 92 tonnes. Élément assez inhabituel, Jan Coesens opte souvent pour des tracteurs à cinq essieux : « Je dois reconnaître que c’est une idée qui me vient des Pays-Bas et lorsque je me suis penché sur la question, j’ai constaté que les cinq essieux étaient pour nous la meilleure solution. Tout simplement parce qu’ils permettent d’atteindre des lieux qui sont inaccessibles avec une semi-remorque et un dolly. Cela permet aussi de charger et décharger bien plus rapidement. Du moins si vous disposez aussi de remorques adaptées. »

Le choix de l’Actros

Pour la première fois, Jan Coesens a porté son choix sur un cinq essieux du constructeur de Stuttgart. « Nous utilisons des cinq essieux depuis maintenant douze ans. Et dans un premier temps, nous n’en trouvions qu’auprès d’autres marques. Mercedes-Benz étant quand même un acteur important dans le secteur du transport exceptionnel, et la marque étant aussi intéressante sur le plan de la valeur de revente, nous étions depuis longtemps intéressés par un Actros à cinq essieux. Pour diverses raisons, cela n’avait pas été possible jusqu’à aujourd’hui », explique Jan Coesens, qui fait référence ici à sa volonté voici quelques années d’équiper un Actros 8x4 d’un essieu traîné. Ce véhicule ne pouvant pas être homologué en Belgique, c’est un quatre essieux qui rejoignait la flotte de l’entreprise. « Mais Mercedes-Benz a continué à travailler sur le dossier. Et comme la marque propose aussi d’excellents véhicules, nous avons finalement décidé d’opter pour ces deux nouveaux camions, dont le premier est livré aujourd’hui », poursuit Jan Coesens. Il souhaite également mettre en exergue le support qu’il a reçu de Mercedes-Benz Trucks Belux : « Geert Groeninckx et Nico Van Britsom savent de quoi ils parlent et, avec eux, il est possible de trouver des solutions pratiques. L’entreprise Hedin Automotive d’Alost offre également un excellent service et ils disposent avec Cédric Hennebel d’un formateur très expérimenté, qui pourra aider nos chauffeurs à adopter une conduite économique. Ajoutez à cela le FleetBoard, qui nous permettra d’assurer un très bon suivi de nos véhicules et vous comprendrez que l’on dispose d’une solution vraiment très intéressante. » Jan Coesens reconnaît aussi avoir été séduit par le nouveau système MirrorCam. Alors que les rétroviseurs classiques sont vite sales, une caméra peut être nettoyée très aisément. « Et cette idée de caméra me semble idéale. Nos camions-grues sont équipés de caméras depuis des années et nous savons à quel point elles sont efficaces et apportent une plus-value », ajoute encore Jan Coesens.

120 et 160 tonnes

Les deux Actros 5363LS SLT 10x4 reposent sur la version classique 8x4 de l’Actros SLT, mais ils ont reçu un essieu traîné de 9 tonnes Mercedes-Benz, un équipement normalement utilisé sur les tridems. « Pour un spécialiste du transport exceptionnel, il est particulièrement important de disposer d’une charge utile maximale. C’est pour cette raison que notre partenaire de conversion a remplacé la sellette d’attelage habituelle par un exemplaire autorisant une pression d’attelage de 50 tonnes. L’Actros à cinq essieux dispose ainsi d’une MMA de 53 tonnes, ce qui signifie qu’avec son poids propre de 15 tonnes, il continue à offrir une charge utile de 38 tonnes. C’est deux tonnes de plus que ce qu’il est possible d’atteindre avec la sellette d’attelage standard de 3,5” », détaille Geert Groeninckx, Technical Sales Support de Mercedes-Benz Trucks Belux. L’entreprise Jan Coesens Transport entend utiliser ces véhicules pour le transport d’engins lourds. Et dans ce domaine, chaque tonne compte. Le premier Actros tractera 120 tonnes et le second entre 150 et 160 tonnes. « Nous transportons des engins très lourds sur les routes du pays. Cela exige des valeurs de force directionnelle et de force de traction très élevées. Sur ce plan, le Turbo Retarder Kupplung (TRK) de Mercedes-Benz fait une énorme différence. Nous avons déjà découvert les avantages du TRK sur nos Actros 6x4 et 8x4, que nous utilisons pour les missions les plus difficiles. Et je peux dire que nous en sommes très contents », témoigne Jan Coesens.

Le ‘stop au béton’

Le choix d’un cinq essieux n’a pas uniquement des fondements historiques. « Nous avons 12 ans d’expérience déjà avec ce genre de véhicules, mais en raison du ‘stop au béton’ en Flandre, nous devrons à l’avenir travailler davantage encore en milieu urbanisé. Cela signifie des lieux encore plus difficilement accessibles, où il sera quasiment impossible de faire appel à une semi-remorque avec dolly. L’Actros 5563LS SLT 10x4 pourra alors nous apporter un avantage concurrentiel », note Jan Coesens, qui réfléchit déjà à un éventuel troisième cinq essieux.

De nombreux espaces de rangement

Les deux nouveaux véhicules de l’entreprise sont particulièrement bien équipés. « Nous investissons résolument dans les équipements additionnels qui renforcent la facilité d’utilisation de nos véhicules. Comme je prends encore régulièrement le volant, je suis bien placé pour connaître l’importance de ce genre de choses, et je sais ce dont peuvent avoir besoin nos collaborateurs pour faire leur travail de manière agréable et en parfaite sécurité. Nous avons ainsi utilisé au maximum les espaces de rangement. Nos chauffeurs peuvent trouver facilement une place dans la cabine pour toutes leurs affaires personnelles, et tout ce qui concerne le travail est rangé dans les coffres extérieurs. Personnellement, je trouve que ces deux nouveaux véhicules sont vraiment très bien pensés. Ils sont réfléchis jusque dans les moindres détails, sans gadgets inutiles », insiste Jan Coesens, qui a fait installer également de nombreux projecteurs additionnels sur les deux Actros afin de pouvoir éclairer de manière optimale l’environnement du véhicule durant la nuit. Au niveau des espaces complémentaires figure notamment un petit coffret qui intègre un appareil destiné à mesurer la hauteur du véhicule, ce qui permet au chauffeur de s’assurer que le camion et le chargement respectent les valeurs d’homologation. « Avec cet appareil, nous pouvons éviter à nos chauffeurs de grimper sur le camion pour mesurer la hauteur. C’est beaucoup plus sûr, mais aussi plus rapide. Et donc, cet investissement supplémentaire est une opération ‘win-win’ », poursuit Jan Coesens.

Protection sanitaire

L’équipement comprend aussi un réservoir d’eau de 80 litres, qui permet au chauffeur de se laver les mains. Un accessoire évidemment très pratique en cette période de Covid-19. L’équipement particulièrement complet de ces Actros constitue aussi un instrument RH. Employant 20 collaborateurs, l’entreprise est fière d’afficher une grande stabilité au niveau de son personnel. « Les chauffeurs passent toute la semaine dans leur véhicule. Ils ont de grandes responsabilités puisqu’ils utilisent du matériel de grande valeur pour transporter des engins coûtant beaucoup d’argent, et ils doivent souvent travailler dans des conditions difficiles. Il est donc tout à fait normal qu’ils puissent disposer d’un véhicule bien équipé. Et cela les lie aussi à leur employeur », conclut Jan Coesens.